Cher Journal: Entrée #1

J’aime beaucoup écrire des petites histoires quand je vais pas forcément bien, ça m’aide à faire disparaître tout mes malheurs. Ainsi, je me suis dit que j’allais commencer une petite série de récits un peu décousus, mais construit sur un fond de réalité. Bonne lecture.


Cher journal,

Voici maintenant une semaine que je ne dors pas, que je suis accroc au café et au xanax et que si je prends pas l’un ou l’autre, ma vie se transforme en enfer. Mais si ce soir je te parle pour la première fois, à 3h55, c’est que je vais devenir fou si je ne le fais pas.

Je ne fais jamais de rêves. Voilà, c’est comme ça, soit je fais d’énormes cauchemars qui m’empêchent de dormir pendant plusieurs heures, mais je ne m’en souviens pas, soit je fais l’un de mes quelques rêves “habituels”. Oui, c’est bizarre de parler de rêve habituel, j’en ai conscience, seulement il y a quelques rêves que je fais souvent. Trop souvent, comme si il y avait un message derrière, mais je ne crois pas en la signification des rêves, après tout, c’est pas assez “scientifique” pour moi, non? Mais passons, aujourd’hui après un rêve que j’avais déjà fait, je me suis réveillé, après seulement 2h de sommeil. Mais je ne me suis pas réveillé comme d’habitude, un peu la tête dans le cul mais ça va, dans 20 minutes j’irais mieux. J’étais pas fatigué, et j’étais pas réveillé, j’avais l’impression d’être dans mon rêve, et je me suis demandé, pourquoi est-ce que j’avais refait ce rêve. Pourquoi je l’ai refait aujourd’hui et pourquoi je ne l’ai pas refait dans d’autres endroits surtout? Est-ce que c’est un appel à l’aide de quelqu’un, pas loin, mais que personne n’entend ? Parce que oui journal, ce rêve “habituel” est le plus horrible de tout ceux que j’ai l’habitude de faire, je te passe volontiers les détails mais une jeune enfant s’y fait martyriser. Ce n’est pas beau à voir.

Et là, c’était l’embrouille totale dans ma tête, c’est difficile de t’expliquer ce que j’ai vu. Était-ce un kaléidoscope profond dans lequel mon âme était plongé? Ou est-ce que les couleurs se retrouvaient décomposées et déformées avant d’arriver à mes yeux? Est-ce que le monde tout entier bougeait et changeait de forme? La réponse ne se trouve pas dans mon petit récit mais malheureusement, si l’humain a inventé des mots capable de désigner cela, je ne les connait point. Mais lorsque j’ai voulu sortir de ce sinistre tourbillon multicolore qui commençait à devenir de plus en plus oppressant, le seul moyen pour moins d’y parvenir a été de me lever, d’allumer la lumière et de t’écrire.

Voilà, ce n’est probablement rien qu’une histoire comme une autre, un simple cauchemar anodin auquel je donne peut-être trop d’importance. Mais quoi qu’il en soit, j’ai peur.